Modélisations 3D

Pour concevoir et fabriquer mes pièces, je les conçois et les dessine à l’ordinateur. Pour certaines, j’en fait un rendu pour un aperçu de ce qu’elles auront l’air une fois terminées afin de déterminer leurs justes formes et couleurs. Voici donc des meubles fictifs, certains à être réalisés, d’autres étant des explorations formelles et créatives et quelques-uns ayant prit vie en atelier.

Bibliothèque marais

Premier élément de la collection Marais, la Bibliothèque marais est un lieu pour se détendre, un meuble créateur d’ambiance et d’atmosphère. Dans le tronc se cache quelques boissons apéritives, prêtes à être dégusté en compagnie d’un livre trouvé dans les herbes hautes. Les nénuphars, bien brillants, peuvent acceuillir sur leur feuille un verre tel une grenouille qui se lézarde. Ce meuble sera fabriqué à l’intérieur d’un cours dans les prochains mois.

 

Sous les nénuphars

Lustre conçu à l’automne 2020, celui-ci est la deuxième pièce de la collection Marais. Les feuilles de nénuphars larges et ondoyantes du luminaire invitent l’observateur dans l’étang, lui donnant l’impression d’être un habitant amphibien du marais. La lumière chaleureuse dégagé par le verre soufflé donne à toute salle une ambiance décontractée tel un bel après-midi d’été au bord d’un étang.

La Indiana

Inspirée de l’album jazz Echoes of Indiana Avenue de Wes Montgomery, la Indiana est vive dans son pas de danse et suave dans sa forme. Ses pattes élancées rappellent les notes noires d’un piano à queue et forment un son visuel sursautant, leur forme et énergie vibrante tirées de la musique envoûtante de celui que l’on surnomme «Butter fingers». Cette table fût réalisé et fait désormais taper du pied à tout ceux qu’elle côtoie.

Lampe jurassique

Idée pour une lampe de chevet, l’inspiration provient des plantes extraordinaires de l’ère jurassique. Ayant fréquenter les dinosaures, cette lampe apporte une touche de jungle à tout décor avant l’extinction qui l’éteint tous les soirs…

La maternice

Secrétaire aux secrets bien gardés, ce meuble à écrire est un océan à plonger dedans, un monde aquatique à découvrir. Ouvrant les portes tambours, l’observateur brise la surface de l’eau pour y exhumer un Atlantide enselevie par la flore marine. Les algues, imprimées en silicone, agissent comme classeur et permettent d’y cacher quelques pensées intimes alors que le socle en bronze expose tout objet posé dessus. Conçu dans un cadre scolaire, ce projet demeure une exploration d’un univers fictif et n’est pas planifié à la fabrication.